Colorectal Cancer Association of Canada - CCAC
Home

Nouvelles et ressources > Nouvelles  

09/17/17

L’aspirine ralentirait la progression du cancer colorectal

LA CHRONIQUE DU PR KHAYAT. Une étude suggère que la consommation régulière d’aspirine ralentit la progression d’un cancer colorectal.

Les dernières actualités de la recherche contre le cancer sont présentées pour Sciences et Avenir et en exclusivité par le Pr David Khayat, chef de service de cancérologie à la Pitié-Salpêtrière.

L’effet préventif de l’aspirine sur l’apparition de cancers est reconnu. Mais même après le diagnostic d’un cancer, l’aspirine pourrait se montrer utile. Une toute récente étude suggère en effet l’intérêt de consommer de l’aspirine régulièrement, afin de ralentir la progression d’un cancer colorectal. Les résultats de cette étude sont publiés dans la revue Journal of Clinical Oncology.

Dans cette étude rétrospective, les chercheurs du Fred Hutchinson Cancer Research Center de Seattle ont analysé les données de 2.419 habitants d’Amérique du Nord et d’Australie, âgées de 18 à 74 ans, pour lesquels un cancer colorectal invasif a été diagnostiqué entre 1997 et 2008. Ils ont découvert que, tout comme d’autres anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) tels que l’ibuprofène, l’aspirine ferait baisser la mortalité, toutes causes confondues, de 24 % lorsque consommée régulièrement par ces patients récemment diagnostiqués. Cette association est encore plus vraie pour les personnes atteintes d’un cancer colorectal sans mutation du gène KRAS (c’est-à-dire plus de 60% des cas) chez qui la mortalité baisse de près de 40 %. Les mutations du gène KRAS ont concerné en effet 39,2 % des patients atteints de cancer colorectal en 2013 en France. Selon les auteurs : "les AINS sont couramment prescrits dans la prévention des maladies cardiovasculaires et leur utilisation mérite aussi d’être considérée et étudiée comme outil de lutte contre le cancer."


Bookmark and Share

Source: https://www.sciencesetavenir.fr/sante/cancer/cancer-colorectal-meilleure-survie-pour-les-consommateurs-reguliers-d-aspirine_116071